Le couvent des Rédemptoristes, Roulers

Au début de la guerre, le supérieur provincial des Rédemptoristes avait ordonné que tous les locaux des pères Rédemptoristes devaient être mis à la disposition des malades et des blessés sans distinction. Le 12 octobre 1914, les premiers soldats belges sont arrivés chez les pères Rédemptoristes de Roulers.

Le jour du Schuwe Maandag, le couvent a été sérieusement endommagé mais la maison de retraite avec l’hôpital n’étaient heureusement pas touchés. On y soignait des soldats belges ainsi que des soldats allemands ce qui menait à des tensions entre les deux groupes. Le 2 novembre 1914, les soldats allemands ont quitté le lazaret de sorte que le couvent était réservé aux alliés. C’était le seul dans la Belgique occupée. Au moment de quitter le couvent, les Allemands ont emporté les lits et la literie de sorte que les soldats alliés étaient couchés sur des paillasses et des sols humides. L’occupant allemand considérait les alliés blessés comme des prisonniers de guerre qu’il fallait aussi vite que possible emmener en Allemagne. C’est pourquoi les pères essayaient de déclarer ces blessés aussi longtemps que possible non guéris. Sur la photo, vous voyez un père avec quelques soldats de toutes les nationalités.

Le 15 mai, les autorités allemandes ont fermé l’hôpital. Fin 1915, il était devenu un hôpital pour les victimes civiles et un abri pour les réfugiés de la région autour d’Ypres.

Le 17 octobre 1917, les pères ont quitté le couvent à cause des bombardements. Après, il a servi d’endroit où passer la nuit et plus tard, en juillet 1918, il a servi de « feldlazaret » pour les soldats allemands. Pendant l’offensive finale, une grande partie du couvent a été détruite. Au moment de la libération, on l’a aménagé en maison de soins pour les soldats français.