Lichtervelde

Le centre de Lichtervelde était le point de rassemblement de la région pour les chevaux revendiqués par l’armée belge au début d’août 1914. Les premiers soldats allemands sont arrivés début octobre, quelques jours plus tard le village a été pris sans beaucoup d’incidents. Ces premiers jours, il y a eu beaucoup de réfugiés d’Esen, Woumen, Klerken et Merkem.

Il est clair que Lichtervelde a reçu, dès le début de la guerre, une fonction logistique importante. La gare jouait un rôle important là-dedans. C’était un lieu de descente et de déchargement pour les soldats, les munitions et les matériaux de guerre à seulement trois heures de marche du front. Ainsi il y avait beaucoup de soldats cantonnés et des lieux de repos ainsi que des terrains d’entraînement aménagés pour eux. Sur ces terrains pourvus de tranchées imitées et de stands de tir, ils pouvaient entraîner leurs compétences de combat.

En juillet 1917, les soldats allemands ont installé dans la Bollestraat un terrain d’aviation qui a été souvent bombardé. La gare ainsi que le couvent étaient aussi une cible importante. Pour avoir assez de place pour les blessés, ils ont aménagé l’église comme hôpital de campagne.

A la mi-octobre 1918, les Allemands ont abandonné Lichtervelde en ruine. La tour d’église, la gare, un certain nombre de tavernes et le Hofmolen étaient entièrement ravagés. La fête de libération a eu lieu le 17 novembre 1918. Les troupes françaises et américaines sont encore restées dans les environs jusqu’à la fin de l’année.

Photo: collection Heemkundige Kring Karel van de Poele Lichtervelde