Après “Schuwe Maandag” dans la région BIE, les soldats ont progressé vers Langemark-Poelkapelle.

La première bataille de Langemark (21/10/1914 – 23/10/1914) était la première grande confrontation entre les deux camps. Lors de ce combat, des soldats britanniques et français avec beaucoup d’expérience s’opposaient à des corps de réserve allemands. Ceux-ci étaient encore très jeunes et avaient reçu une formation très courte avant de partir pour la guerre. Les soldats allemands n’étaient pas de taille à résister aux troupes alliées et n’ont pas réussi à s’emparer de Langemark. A cause des jeunes étudiants sans expérience, cette bataille est parfois appelée « l’infanticide ».

Quelques jours plus tard, il y a eu la bataille de Geluveld (29/10/1914 – 31/10/1914). Lors de ce combat, Zandvoorde, Hollebeke, Mesen et Wijtschate ont été conquis par les Allemands. Le 1er novembre, Geluveld a été pris et le 2 novembre, St-Elooi est tombé aux mains des Allemands.

La deuxième bataille de Langemark (10/11/1914 – 11/11/1914) a annoncé la fin de la première bataille d’Ypres. Pendant ce combat, les soldats allemands ont essayé en vain de reprendre Langemark. Le but de l’occupant allemand était de s’emparer d’Ypres lors de la bataille des « Nonnebossen » (bois des nonnes, des religieuses) le 11 novembre mais il n’y est pas parvenu. Ypres est restée aux mains des alliés et le front est resté longtemps au même endroit.
Après cette première bataille d’Ypres, un grand flot de soldats blessés est arrivé dans la région BIE, où ils ont été soignés dans les « lazarets » (infirmeries de campagne).