Aviation

Durant la Première Guerre mondiale, l’aviation a pour la première fois joué un rôle important dans une guerre européenne. En effet, les techniques aériennes ont connu une grande évolution pendant ce conflit. L’aviation était caractéristique pour la Première Guerre mondiale. La suprématie aérienne était changeante. En avril 1917, les Allemands avaient la supériorité, les Britanniques l’appelaient « Bloody April ». De juin 1917 à avril 1918, les Britanniques. Etaient supérieurs.

La région BIE était une région stratégique où les Allemands ont construit beaucoup d’infrastructure. Les terrains d’aviation en étaient une partie très importante. Vu la situation stratégique de la région, il y en avait beaucoup. Ainsi il y en avait à Beveren, au sud de la route Beveren-Roeselare, à Lichtervelde à la Bollestraat et à Ingelmunster près de Meulebeke. Ces terrains d’aviation n’ont pas tous servi durant toute la guerre. Parfois ils changeaient de location parce qu’ils s’étaient trop rapprochés de l’ennemi ou parce qu’ils étaient devenus la cible des bombardements. Ceci était par exemple le cas à Rumbeke.

Les avions ont d’abord été engagés pour des vols de reconnaissance. Beaucoup partaient de la région BIE pour la région du front, la Belgique non occupée ou la France. Assez régulièrement, des pilotes alliés et des pilotes allemands se rencontraient dans le ciel. Ainsi les armes y sont apparues. Au début c’était tout simple, on tirait sur l’ennemi avec des revolvers. Plus tard, de plus en plus d’avions ont été transformés en avions de chasse. Au début, il y avait surtout des combats en solo, mais ceux-ci ont aussi évolués en combats aériens avec des groupes d’avions.

A côté de l’usage d’avions pour vols de reconnaissance, on a aussi fait monter des ballons d’observation dans l’air afin de mieux observer certaines régions. Ces ballons étaient reliés à la terre par des câbles d’acier et on les faisait monter et descendre à l’aide d’un treuil. En bas du ballon, il y avait une nacelle en osier où se trouvait un observateur. Par temps clair, il pouvait à l’aide d’une lunette observer les activités du front et les transmettre à la centrale par téléphone. En outre il pouvait régler de l’artillerie sur certains buts. Les ballons d’observation étaient souvent la cible des avions de chasse. L’observateur pouvait alors se sauver à l’aide d’une parachute. Ils étaient cependant une cible dangereuse puisqu’ils étaient entourés par de l’artillerie antiaérienne.

Dans le courant de la guerre, les avions devaient aussi se mettre à bombarder. Ainsi la région BIE a été souvent bombardée, surtout à partir de 1917. Au début de la guerre, c’était aussi de façon primitive. C’était souvent simplement un pilote qui lançait des grenades ou des flèches en acier sur les troupes de l’adversaire.